About me

Biography

As a Franco-British illustrator, Priscilla is very quickly and deeply drawn to Japan, its culture, traditions and spirituality.  Having studied illustration at Norwich University of the Arts, she decides to fulfill a dream in furthering her education in Japan.  In 2008, she leaves for the Osaka Seikei University in the town of Nagaokakyo (region of Kyoto) to study painting.

Priscilla’s encounter with nihon-ga (traditional technique based on natural mineral pigments) transforms her artistic vision and aesthetic sense, which is already very consistent with Japanese values.  This pictorial approach involves a long period of contemplation of the subject before the work can begin.  The materials used, exclusively natural and often rare, as well as the relationship between the painter and subject, have an impact on the artist’s way of life.  Nihon-ga teaches how to appreciate and respect nature.  For that matter, Priscilla uses raw timber, a “live” material, as a support for her paintings.

Priscilla is mainly inspired by the plant kingdom and floral themes.  She is also fascinated by the myths and legends of Japan, which offer a vision of nature inhabited by thousands of spirits.

Artist Statement

Priscilla has never really left Japan.  She carries a piece of the country’s culture in her.  Endless sources of inspiration including the countryside and Japanese forests are for her the embodiment of values such as harmony and respect.  In search of perfection and very concerned with the environment, Priscilla is not satisfied with the world around her.  Her artistic work is her way of fighting against what revolts her: rampant urbanisation, the power of money and a society of consumerism, putting work before a comfortable standard of living… Her refusal of the world is expressed in a peaceful way by choosing to show us soothing inner landscapes. Her work exists as a kind of digressionresembling the hanami tradition, which involves going to admire, at springtime, the cherry trees in bloom.  Through her paintings, she invites us for but an instant, to forget our daily lives and worries.

Biographie

Illustratrice franco-britannique, Priscilla éprouve très vite une attirance profonde pour le Japon, sa culture, ses traditions et sa spiritualité. Diplômée en illustration de l’Université d’Art de Norwich (Angleterre), elle choisit de réaliser un rêve en suivant un cycle d’études complémentaires au Japon. Elle part en 2008 à l’Université Osaka Seikei dans la ville de Nagaokakyo (région de Kyoto) pour étudier la peinture. 

La rencontre avec le nihon-ga (technique traditionnelle à base de pigments naturels broyés) transforme sa vision artistique et son sens esthétique déjà très en phase avec la sensibilité japonaise.  Cette approche picturale implique une longue contemplation du sujet avant de le dessiner. Les matériaux utilisés, exclusivement naturels et souvent rares, ainsi que la relation entre le peintre et son sujet, ont des impacts sur le mode de vie de l’artiste. Le nihon-ga apprend à apprécier et à respecter la nature. D’ailleurs Priscilla utilise le bois brut, un matériau vivant, comme support. 

Ses principales sources d’inspiration se trouvent surtout dans les végétaux et les motifs floraux. Elle est aussi fascinée par les contes et légendes du Japon qui proposent une vision d’une nature habitée de milliers d’esprits.

Démarche Artistique

Priscilla n’est jamais totalement revenue du Japon. Elle transporte avec elle un peu de la culture de ce pays. Sources intarissables d’inspiration, la campagne et les forêts japonaises représentent pour elle l’incarnation de valeurs telles que l’harmonie et le respect. En quête d’absolu et très préoccupée par les questions d’environnement, Priscilla ne se satisfait pas du monde qui l’entoure. Son travail artistique est sa façon de lutter contre ce qui la révolte : l’urbanisme sauvage, la toute-puissance de l’argent et de la société de consommation, la mise au pinacle du travail au détriment d’un confort de vie… Son refus de ce monde s’exprime d’une manière paisible : elle a choisi de nous montrer des paysages intérieurs reposants, heureux. Son œuvre se vit comme une parenthèse semblable à la tradition du hanami qui consiste à aller admirer, au printemps, les cerisiers en fleur. Le temps d’un instant, elle propose une image pour oublier notre quotidien et nos soucis.